Ce chat tacheté aux allures de gros félin sauvage, originaire des États-Unis,
est un bel exemple de ce qu’on pourrait appeler un heureux accident de parcours.


En 1944, l’éleveuse Virginia Daly constate que sa portée, née d’un croisement entre un abyssin et un siamois, comporte un individu étrange. Arborant des taches foncées sur fond clair, ce chaton nouveau-né ressemble à un ocelot (d’où son nom), un félin sauvage d’Amérique du Sud.


Virginia Daly baptise alors ce chaton au physique inhabituel Tonga, le fait castrer, puis le place dans une famille. Quelque temps plus tard, Tonga se retrouve on ne sait comment à la une d’un journal de Détroit. Un généticien de l’époque, Clyde Keeler, est immédiatement conquis lorsqu’il aperçoit la photo du félin. Virginia Daly et Clyde Keeler, s’associent alors pour tenter de reproduire le phénomène naturel et ainsi créer une nouvelle race de chats tachetés comme des ocelots.






Profil de la race


Nombre moyen de chatons par portée: 3 à 4 chatons
Tempérament: chat sociable avec les humains et les autres animaux, affectueux et très actif.
Il supporterait mal la solitude et c'est également le terme « chat-chien » qui le décrit souvent.
Il serait aussi affectueux que le siamois mais pas aussi expressif.
Son pelage: courte, près du corps. Le poil est fin mais dense. Le seul motif autorisé est le spotted tabby.
Robe: le marron (génétiquement noir), le bleu, le chocolat, le lilas, le cannelle et le faon.
Chaque variété présente des taches foncées en accord avec le reste du pelage, plus clair.
Ce dernier est constitué de poils marqués de ticking, c'est-à-dire une alternance, sur un même poil, de bandes claires et de bandes foncées.










© Chatterie Jovisca