La petite île de Man, située dans la mer d’Irlande,
est le lieu d’origine de cet étrange chat sans queue dont il existe plusieurs variétés.


Selon la légende le chat de l’île de Man, aussi appelé Manx, monta le dernier sur l’arche de Noé au moment du déluge et eut la queue coincée dans la porte. En réalité, l’absence de queue est le résultat d’une mutation génétique susceptible de se produire chez tous les animaux. Habituellement, le gène disparaît au cours des croisements successifs. Cependant, au sein d’une population isolée comme c’est le cas sur une île, le gène a plus de chances de se développer. Le Bobtail japonais, une race similaire, est apparu de la même façon.


Les variétés

La mutation génétique ne s’exprime pas de la même façon chez tous les chats de l’île de Man. Il existe quatre variétés reconnues avec des longueurs de queue diverses.


Le Rumpy
La seule variété de chat de l’île de Man acceptée en exposition est le Rumpy. Sa queue est presque entièrement absente. À la place, la croupe présente un creux.


Le Rumpy Riser : porte une bosse en guise de queue.


Le Stumpy : porte un moignon de queue.


Le Longie : a une queue courte mais bien formée.




Le poil long

Les premiers éleveurs remarquèrent que les chats de l’île de Man pouvaient produire des chatons à poil long, résultante involontaire d’un croisement qui introduit le gène récessif des poils longs. Durant les années 1960 de nombreux éleveurs américains tentèrent d’établir la variété à poil long, appelée Cymric. Ce chat présente toutes les caractéristiques du standard de son cousin à poil court, avec, en plus, un pelage mi-long, des oreilles touffues et une forte mâchoire.


Les caractéristiques du chat de l’île de Man

Le physique
L’absence de queue combinée à une croupe très haute donne à ce chat une démarche particulière, un peu sautillante comme celle d’un lapin. Bien qu’il s’agisse clairement d’une difformité, l’absence de queue n’a aucun effet sur la mobilité ou l’agilité du chat, qui se révèle d’ailleurs un excellent chasseur. Les croisements sélectifs ont donné à cette race une tête et un corps très ronds. Les robes sont nombreuses, mais elles ne sont pas toutes reconnues. Le pelage est constitué d’un sous-poil épais et d’un poil de jarre brillant et rude. On peut le brosser au peigne ou à la brosse souple. Pour les expositions, la texture du poil prédomine sur les couleurs de la robe.


Le tempérament
Les chats de l’île de Man sont affectueux, sociables, intelligents et calmes de tempérament. Ce sont d’efficaces chasseurs. Ils arrivent tard à maturité.


La reproduction
Le chat de l’île de Man se reproduit difficilement, surtout en ce qui concerne le Rumpy. En effet, le gène mutant engendre parfois des problèmes d’échine congénitaux. C’est pourquoi le taux de mortalité est élevé chez les chatons jusqu’à 3 mois.




Profil de la race


Espérance de vie :13 à 15 ans
Poids à l’âge adulte : 4 à 5.5 kg
Nombre moyen de chatons par portée: 4 chatons
Tempérament: affectueux, calme et intelligent, le chat de l’île de Man n’est pas très actif, mais apprécie l’extérieur. C’est un bon chasseur.
Robe: toutes les couleurs des poils courts; écaille-de-tortue, smoke, tipped, tabby, marques sombres aux extrémités, bicolore.
Problèmes de santé liés à la race : Le syndrome de l’île de Man est dû au gène qui raccourcit la colonne vertébrale (déformation congénitale de la moelle épinière) et peut causer des dysfonctionnements de l’intestin ou de la vessie, et provoquer une mort pré – ou néonatale.










© Chatterie Jovisca