LE SILICIUM ORGANIQUE
Un réel bienfait pour nos animaux




Le silicium
Le silicium est l'un des 12 éléments majeurs de la composition élémentaire des organismes. Le silicium, même à l'état de traces, joue un rôle biologique MAJEUR et doit être considéré comme un élément essentiel de la vie. Il est notamment nécessaire à une croissance normale et harmonieuse pour de nombreuses espèces par catalyse et/ou synergie. Le sang humain en contient près de 10mg/litre, ce qui représente le dixième du calcium. Rendez-vous compte ! L'organisme en comporte environ 7g, c'est-à-dire plus que du fer, beaucoup plus que du cuivre, encore plus que du cobalt, du nickel, du zinc etc. Le silicium est principalement présent dans les os, les parois vasculaires, la rate, les tendons, les muscles, les surrénales, le pancréas, le foie, les reins, le cœur, la thyroïde et le thymus. De récentes études ont montré que le fœtus humain est très riche en silicium, cette réserve étant naturellement adaptée à la formation des os, des phanères et à leur entretien. La décroissance en silicium avec l'âge des tissus les plus riches est énorme = supérieure à 80% entre la maturité sexuelle et la fin de vie.

Le silicium organique
Le silicium peut se présenter sous forme minérale ou organique. Sous sa forme organique, sa formule chimique est CH3 Si (OH)3. Les molécules de silicium organique se distinguent de celles du silicium minéral par le fait qu’elles contiennent au moins un atome de carbone. Quand un silicium organique se polymérise, il retourne à l’état minéral. Il existe la même différence entre le silicium organique et la silice (ou ses dérivés – les silicates-) qu’entre le fer et la rouille : silice et rouille sont oxydés. Cela représente, par molécule, une énorme perte : 200 kilocalories. Cette perte correspond donc à un retour à l’état minéral. Et ces produits inertes ne sont pas assimilables par nos organismes, ni ceux de nos animaux mammifères (chiens, chats, chevaux..) quadrupèdes. Seuls les végétaux, organismes endothermiques, peuvent assimiler ces formes minérales.

Le rôle de l’atome de carbone
Le rôle du silicium dans les nouvelles thérapeutiques du 21è siècle, celles des médecines naturelles et alternatives, a entièrement sa place. Il devient d’ailleurs de plus en plus important et pour cause. Des recherches très récentes ont démontré que le silicium organique est impliqué dans les mécanismes fondamentaux de la vie. En effet, le Silicium peut remplacer le Carbone dans la majorité des processus de biosynthèse. Le Silicium peut donc jouer un rôle d’inhibiteur ou d’activateur dans la plupart des mécanismes biochimiques.

Difficultés d’assimilation
Le Silicium organique se présente naturellement essentiellement sous forme non soluble donc peu assimilable, on l’a vu. D’autre part, même sous forme soluble, le silicium est peu stable. Il a tendance à se polymériser rapidement. Ceci explique le succès très moyen des formes de silicium minérales proposées et renforce les galéniques de silicium organique actuellement proposées.

Rôle thérapeutique du silicium organique
La principale contribution des travaux sur le silicium organique ces 20 dernières années a été la démonstration de son implication comme élément majeur dans toutes les structures de soutien de l’organisme. Il est protecteur pour les macromolécules telles que l’élastine, le collagène et les protéoglycanes. Il joue sans doute aussi un rôle fondamental dans le processus de réticulation des fibres de collagène, bien que ceci n’ait pas encore été complètement démontré par les chercheurs. Le taux cutané de silicium, très élevé, diminuant avec l’âge, sa carence devient un facteur responsable du vieillissement cutané. Il joue de plus un rôle important dans l’ossification où il favorise le processus de minéralisation. Il est également impliqué dans le métabolisme cellulaire.

Résumé
Peau, cheveux, ongles (phanères) Système cardiovasculaire Sphère ostéo-articulaire - sont ses principales actions majeures. Sur le marché français actuel, on trouve du silicium organique sous deux formes principales = une forme en solution buvable et une forme à application locale, de type gel onctueux.



Chez le chien

Chez le chien, le silicium organique est prescrit par les Praticiens de Santé Naturelle dès le premier âge, pour soutenir la croissance, notamment dans les élevages où il est essentiel que le chiot destiné à la vente soit en parfaite forme.

Il est indiqué dans toutes les pathologies ostéo-articulaires = ostéites, ostéochondrites, chondropathies, et bien sûr l’arthrose et les rhumatismes articulaires, où son effet est souvent spectaculaire ! Egalement utilisé en soutien après les interventions chirurgicales de type arthroscopie, opération des tendons, des ligaments, le silicium organique intervient également favorablement pour préparer l’effort sportif des chiens habitués à l’agility, les chiens de bergers et les chiens de chasse avant la période d’activité majeure, afin d’éviter les foulures, tendinites, et autres troubles résultant à la fois d’un échauffement insuffisant et d’un déficit de préparation.

Mais on élargit les prescriptions de silicium organique à d’autres champs d’activité thérapeutique : il est par exemple souvent prescrit dans les pathologies cutanées de type dermites allergiques, pyodermites, parfois dermites avec prurit important (en complexe avec l’aromathérapie) etc. Chez la chienne, le silicium organique soulage les mammites et présente cet avantage de pouvoir être appliqué sans risque autour ou sur la mamelle en toute innocuité pour les bébés qui allaitent.

Enfin, on le prescrit en dernier lieu en cures revitalisantes pour la beauté du poil, de la fourrure chez les chiens à poils longs, favoriser le renouvellement cellulaire cutané, d’où son importance majeure chez les chiens qui sont tenus de concourir dans des expositions de race. Ainsi, avoir un chien en pleine forme au poil brillant est à la portée de tous, notamment en période de mue, où une cure de silicium organique est conseillée sur trois semaines.


Chez le chat

Chez le chat, le silicium organique est prescrit par les Praticiens de Santé Naturelle dès le premier âge, pour soutenir la croissance, notamment dans les élevages où il est essentiel que le chaton destiné à la vente soit en parfaite forme.

Il est indiqué dans toutes les pathologies ostéo-articulaires, car même si elles sont moins nombreuses que chez le chien, elles peuvent exister toutefois après un accident, un choc traumatique, une mauvaise chute = ostéites, ostéochondrites, chondropathies, et bien sûr l’arthrose du chat âgé ainsi que les rhumatismes articulaires du chat peu habitué à l’exercice physique ou en surpoids, où son effet est souvent spectaculaire ! Egalement utilisé en soutien après les interventions chirurgicales de type arthroscopie, opération des tendons, des ligaments, le silicium organique intervient également favorablement pour préparer l’effort sportif des chats habitués à vivre en appartement qui se retrouvent soudainement dans une maison, avec un jardin, un espace vaste à découvrir et qui, s’ils sont jeunes, ne s’économiseront pas !

Mais on élargit les prescriptions de silicium organique à d’autres champs d’activité thérapeutique : il est par exemple souvent prescrit dans les pathologies cutanées de type dermites allergiques, pyodermites, parfois dermites avec prurit important (en complexe avec l’argilothérapie aromatique), toutes ces pathologies qu’on a tendance à regrouper sous la terminologie « eczéma félin ». Il ne présente, de plus, aucun risque de toxicité ou d’empoisonnement à la conduite de léchage du chat, ce qui est un avantage non négligeable à prendre en compte !

Enfin, on le prescrit en dernier lieu en cures revitalisantes pour la beauté du poil, de la fourrure chez les chats à poils longs, favoriser le renouvellement cellulaire cutané, d’où son importance majeure chez les chats qui sont tenus de concourir dans des expositions de race. Ainsi, avoir un chat en pleine forme au poil brillant est à la portée de tous, notamment en période de mue, où une cure de silicium organique est conseillée sur trois semaines.

Nous avons, en dernier lieu, des résultats parfois très étonnants d’amélioration de l’état général dans la plus grave des pathologies félines = la leucose, si l’animal est pris dès son dépistage ou peu de temps après. Le silicium, par son action protectrice, prévient parfois des maladies associées, de type tumeurs. On suppose que ce sont ses qualités d’anti-oxydant, de ralentisseur de progression de la dégénérescence cellulaire, de stimulateur du système immunitaire et de barrière contre les radicaux libres, qui permettent ces progressions stupéfiantes de certains cas de leucose féline.




Carole B-MORIN
Praticienne de Santé Naturelle Spécialisée Canins & Félins

Medecines Naturelles pour animaux

Contact