Quel est le lien entre le manque de stimulation et les problèmes de comportement? Chaque chat a des besoins d’activité propres. Le temps qu’il doit consacrer à ses différentes activités est en partie défini par sa génétique ainsi que par son éducation et son environnement.

Par exemple, la génétique peut pousser un chat à se faire les griffes pendant au moins une dizaine de minutes, à mastiquer durant cinq minutes et à chasser ou à jouer pendant au minimum une heure tous les jours. Qu’arrive-t-il alors si son environnement n’est pas adapté à ses besoins d’activité?

Il est reconnu que la nature indépendante du chat donne beaucoup plus de latitude à son propriétaire, qui peut le laisser seul sans problème pendant plusieurs heures, voire des journées entières. Mais nombre de personnes me demandent si leur chat peut, comme un chien, s’ennuyer…

Cela dépend de la définition qu’on donne au mot « ennui ». Si vous avez peur que votre chat s’ennuie de vous lorsque vous n’êtes pas là, alors cessez de vous inquiéter. À moins que votre animal ne soit parmi les rares chats à souffrir d’anxiété de séparation, il ne se dira pas, alors qu’il est couché dans son arbre à chat, que la vie est ennuyante sans vous. Cependant, s’il manque d’activité et de stimulation, alors là, oui, votre chat peut s’ennuyer. En fait, c’est probablement la principale cause de problèmes de comportement chez le chat.



Le chat dort 70% du temps. C’est donc dire qu’il n’est actif que de trois à cinq heures par jour. Il occupera les moments où il est éveillé à se laver, à chasser ou à jouer, à manger et à socialiser. Beaucoup croient que ces activités ne requièrent pas une participation active da l a part du maitre. Malheureusement, cette idée, bien qu’en partie vraie, n’est pas totalement exacte.

Toujours selon l’exemple, que se passe-t-il si votre animal n’arrive à occuper, par lui-même, que la moitié de son heure de jeu ou de chasse quotidienne? Et bien, il cherchera à remplir la trentaine de minutes restantes par autre chose, et les chats peuvent être très créatifs lorsque vient le temps de s’occuper. Le vôtre pourrait s’inventer des jeux où vos chevilles deviennent des souris et se cacher en embuscade au milieu du couloir, ou encore découvrir que faire tomber des objets de la bibliothèque est une activité intéressante. Il pourrait tout aussi bien découvrir qu’en miaulant à trois heures du matin il parvient à vous réveiller et qu’il a enfin toute votre attention (que celle-ci soit positive ou négative lui importe peu), comblant ainsi en partie son besoin de jouer ou de socialiser.

Les choses deviennent souvent très problématiques quand le chat prolonge exagérément des activités définies par sa génétique pour occuper la demi-heure de chasse ou de jeu qui lui manque. Par exemple, un chat n’a besoin que de cinq minutes de mastication par jour, et les comble donc en mangeant. Mais s’il manque une demi-heure à sa période de jeu ou de chasse? Il pourrait bien décider de mâchouiller les fils électriques.

3 trucs pour le rendre actif


L’idée est de freiner la « créativité » de votre chat en assouvissant son besoin d’activité. Voici donc trois trucs faciles pour transformer votre maison en salle de jeu stimulante, et ainsi avoir un chat santé… et occupé!

1. Il faut travailler pour manger
Dans la nature, le chat doit travailler pour pouvoir se nourrir. Chez vous, il n’a qu’à mettre le nez dans son bol, et cinq minutes après c’est terminé. Pourquoi ne pas le faire travailler pour avoir sa nourriture? Par exemple, en mettant ses croquettes dans une boîte de carton percée de trous sur le dessous et les cotés ou encore dans une gamelle interactive, comme le Stimulo. L’ingestion sera plus lente, et il lui faudra une demi-heure pour manger au lieu de cinq minutes, une façon de combler plus efficacement son besoin d’activité! N’hésitez pas à inciter votre chat à s’activer en lui proposant des défis variés, en rapport avec la nourriture, tout en vous assurant qu’il mange bien.

2. Jouer – sports et loisirs
Tout comme nous, le chat doit faire du sport. Il a beau avoir la capacité de s’amuser tout seul, il ne peut pas combler son besoin de jouer uniquement par lui-même. Idéalement, vous devriez lui donner un minimum de deux ou trois séances de jeu d’une dizaine de minutes. Servez-vous d’un bâton au bout duquel il y a quelque chose à attraper, mais n’utilisez jamais vos doigts comme appât. Il ne doit pas apprendre que la peau est un jouet qu’il a le droit de mordre. Laissez votre animal attraper sa proie une fois sur trois pour l’encourager, car le chat est un excellent chasseur; sinon il pourrait se décourager et abandonner le jeu. Lorsqu’il tient sa proie, faites comme si elle se débattait. Vous constaterez qu’il voudra l’immobiliser. Attendez quelques secondes et recommencez comme si la proie s’était sauvée.

La plupart des gens ont chez eux des dizaines de petits jouets ou peluches qui représentent, pour le chat, plus un loisir qu’un sport. Mais tout comme nous, le chat a besoin de loisirs. Si votre animal semble se désintéresser des ses bébelles qui traînent par terre, pourquoi ne pas en cacher quelques-unes et en faire la rotation chaque semaine? Achetez-lui à l’occasion un nouveau jouet à ajouter à ceux que vous avez déjà, pour renouveler son intérêt. Nombre de chats vont également transporter leurs jouets à un endroit précis. Pourquoi ne pas ramasser chaque jour ces jouets et les apporter tous au même endroit à l’étage inférieur ou dans une autre pièce, question de lui faire faire un peu d’exercice?

3. De la hauteur, de la hauteur et encore de la hauteur
Laissez votre chat aller dans les hauteurs. Installez des tablettes et des arbres à chat, et agencez les meubles de façon à lui permettre de grimper sur la bibliothèque ou les armoires. De grâce, laissez-le monter sur la table lorsque vous n’y mangez pas (on peut facilement lui apprendre à y monter seulement lorsqu’on ne mange pas). De toute façon, ne la lavez-vous pas avant chaque repas? La table est un arbre à chat naturel. Un bon arbre mesure au moins cinq pieds de hauteur, est solide et placé devant une fenêtre. Ce n’est pas une bébelle luxueuse, mais une nécessité. En effet, de son arbre perché, il pourra regarder les oiseaux et les passants dehors, se sentira protégé, car il est en hauteur, et cette activité le stimulera.







Un chat heureux est un chat occupé





Tout parent qui a de l’expérience vous le dira. Si vous voulez que vos enfants ne fassent pas de mauvais coups, il faut les occuper. C’est exactement la même chose avec les chats. Le jeu est également très utile pour créer une meilleure relation entre le chat asocial ou agressif et son maître. Dans ce cas, le chat fait une association positive entre le plaisir de jouer et la personne qui joue avec lui. Allez hop! On sort les jeux et on s’amuse avec notre chat! Il sera en meilleure santé physique et psychologique, et nous aussi!

Source : Magazine animal