Vous devez absolument protéger votre chaton et prévenir l’apparition des maladies par la vaccination et tenir son carnet de vaccination à jour. Le carnet de santé de votre chaton est demandé par toute pension ou garderie où vous pourriez mettre votre chaton en garde, ou lors de tout déplacement à l’étranger.

Le choix du vétérinaire


Voici quelques conseils qui vous permettront de choisir votre vétérinaire, si vous ne pouvez pas conserver celui qui a suivi votre chaton chez l’éleveur.

Les principaux critères de choix doivent prendre en compte la facilité des visites de contrôle mais également la nécessité des urgences éventuelles.

Les principaux critères sont les suivants :

- La confiance envers le praticien,
- La proximité du domicile,
- La propreté et l’entretien des installations,
- L’intérêt du vétérinaire pour les chats,
- La relance des patients pour les vaccinations,
- La mise à jour des dossiers,
- La présence d’une assistante-conseil,
- La présence d’équipements chirurgicaux,
- La mise à disposition d’un service d’urgence.

La première visite ou visite d’achat


Vous avez acheté votre chaton
Cette visite est la véritable validation de l’acte d’achat de votre chaton et vous protège en cas de vice caché. En cas de problème elle vous garantit le remboursement de votre chaton et des frais de vétérinaire engagés. Lors d’un achat chez un éleveur, cette visite est déjà faite par le vétérinaire attiré de l’élevage et remise avec le carnet de santé.

On vous a donné votre chaton
Votre vétérinaire fera un bilan de santé complet et pratiquera les vaccinations et vermifugations nécessaires.

La vaccination du chaton ou primo-vaccination


La vaccination du chaton s’effectue en plusieurs étapes.
- À 9 semaines : Panleucopénie infectieuse, Rhinotrachéite virale, Calicivirose, Chlamydiose.
- À 12 semaines : Rappelles des vaccins faits à 8 semaines et Leucose féline.
- À 16 semaines : Rappels des vaccins faits à 12 semaines, et rage.

Les rappels à l’âge adulte
Quand votre chaton atteint l’âge d’un an, votre vétérinaire devra effectuer un rappel des vaccins ci-dessus, si jugé nécessaire. Ces rappels seront par la suite à renouveler à tous les trois ans.

La stérilisation

Ces opérations à pratiquer dès l’âge de 6 mois (et même parfois plus tôt) protègent les chatons de nombreuses maladies infectieuses et améliorent les relations avec le voisinage. Renseignez-vous auprès de votre vétérinaire.

Les parasites internes

Les parasites internes, tels que les vers ou les protozoaires (microbes), touchent prioritairement les chatons beaucoup plus réceptifs que les adultes. Votre vétérinaire vous conseillera sur les vermifugations et traitements nécessaires.

Les vers
Deux espèces sont très fréquentes chez le chaton.

Les ascaris se logent dans l’intestin grêle du chaton, forment des pelotes et peuvent provoquer des occlusions intestinales. La détection peut se faire par la présence d’œufs dans les déjections du chaton ou sur les zones anales.

Les ténias se fixent sur la paroi intestinale et provoquent des ballonnements, des diarrhées et parfois des altérations du pelage. La détection se fait par la présence dans les selles d’anneaux blancs semblables à des grains de riz.

Les protozoaires
Deux microbes infectent principalement le chaton.

- Les giardia, fixés sur la muqueuse de l’intestin grêle, entraînent une digestion incomplète des diarrhées et un amaigrissement progressif.

- Les coccidies, parasites de l’appareil digestif sans symptômes visible. Seul votre vétérinaire saura identifier ces parasites et prescrire le traitement adapté.

4 vermifugations
À l’âge de 1, 2 et 3 mois et à l’âge de 6 mois par pâte orale, sirop ou comprimés.

Les parasites externes

Les parasites externes les plus répandus chez le chaton sont les puces, les tiques, les gales des oreilles et la teigne.

Les puces
Les puces provoquent chez le chaton un réflexe de grattage, de toilettage et de léchage important qui favorise l’ingestion de boules de poils et dans certains cas des dermites allergiques aux piqûres de puces.

Le traitement des puces du chaton (à intensifier au printemps et en été) doit comprendre le traitement du chaton proprement dit et celui de son environnement.

- Le traitement du chaton doit se faire par formulation liquide insecticide diffusante et à durée d’action longue ou par voie orale.

- Le traitement de l’environnement est indispensable par brumisateur ou sprays d’insecticide, ou de régulateur de mue sur toutes les sources de chaleur, recoins ou couverture.

Les tiques
Les tiques se contractant quasi exclusivement à l’extérieur, les chatons sont moins sujets aux tiques que les chats adultes. Elles se fixent préférentiellement autour du cou et des oreilles. Relativement inoffensives, les tiques peuvent out de même provoquer des réactions inflammatoires à l’endroit de la fixation.

- Le traitement du chaton doit se faire à l’aide d’un acaricide total conseillé par votre vétérinaire, il éliminera les tiques sans douleur.

Attention : Ne jamais tirer sur une tique pour l’enlever. Vous risqueriez de laisser la tâte de la tique à l’intérieur de la peau et de provoquer une réaction très douloureuse pour le chat.

La gale des oreilles

Elle est due à des acariens minuscules installés dans le conduit de l’oreille et provoquent une otite douloureuse. La présence en abondance de cérumen noirâtre et odorant dans le conduit de l’oreille et le fait que le chat se frotte violemment l’oreille avec la patte permettent de détecter la gale des oreilles.

- Le traitement du chaton doit se faire en deux étapes : d’abord nettoyer les oreilles du chat avec une compresse humidifiée, puis appliquer, dans le conduit de l’oreille, un acaricide prescrit par votre vétérinaire.

La teigne
Ce champignon microscopique ronge le poil à la base. Elle ne provoque pas d’irritation (grattage). La peau noircit et les poils tombent, essentiellement au niveau de la tête. Très résistante, répandue et contagieuse, la teigne affecte la plupart des animaux domestiques.

- Le traitement du chat se fera à l’aide d’un fongicide administré par voie orale et/ou par bain, prescrit par votre vétérinaire sur une période d’au moins 6 semaines.

- Le traitement des locaux contaminés peut être fait par un fongicide en spray ou en solution. Renseignez-vous auprès de votre vétérinaire.




Voici quelques trucs de pro qui rendront votre prochaine
visite chez le vétérinaire plus agréable pour votre chat et pour vous aussi!


Dans le transporteur


La plupart des gens sortent le transporteur le jour même du rendez-vous chez le vétérinaire. Si la chose se répète, le chat aura forcément associé la cage à un événement extrêmement déplaisant alors qu’il pourrait au contraire la voir comme un endroit sécuritaire capable de le protéger durant son déplacement. Comment? Simple! Sortez la cage plusieurs jours avant le rendez-vous, placez-la dans un coin du salon ou de son aire de jeu et jetez-y souvent des gâteries. De temps à autre, pourquoi ne pas même lui offrir dans sa cage de petits festins dont il raffole? Cette stratégie donnera des résultats avantageux. Votre chat associera le transporteur à quelque chose de positif, voire sécuritaire, ce qui l’aidera à apaiser son stress tout au long du voyage et chez le vétérinaire.

Privilégiez les transporteurs dont le couvercle est amovible de façon à ce que le vétérinaire puisse laisser le chat dans son transporteur lors de l’examen s’il le désire. Le jour venu, vous n’aurez qu’à lancer des gâteries dans le fond de la cage pour que le chat s’y précipite. Pas besoin de vous battre avec lui pour qu’il y entre! Notez que la taille idéale d’un transporteur devrait permettre au chat de s’y tenir tout juste debout.



La voiture


Beaucoup de chats n’apprécient pas la voiture. La plupart des chats sont rassurés si on met un drap pour couvrir la cage afin qu’ils ne voient pas à l’extérieur. D’autres chats, souvent les plus aventureux de nature, sont plutôt rassurés de voir à l’extérieur, mais c’est assez rare. Il est excessivement important qu’il ne fasse ni trop chaud ni trop froid dans la voiture. Démarrerez-la d’avance et assurez-vous que l’air climatisé ou le chauffage fonctionne, ou que la voiture est bien aérée en l’absence d’air climatisé.

À partir du moment où vous sortez de la maison, et jusqu’à la destination, tentez de rendre l’expérience positive en donnant des gâteries à votre chat à intervalles réguliers. Il est possible qu’il n’ait pas le goût de manger s’il a peur, ce qui est normal. Essayez alors de le gagner par le jeu. Apportez des jouets qu’il aime particulièrement et tentez de le divertir, si bien entendu, quelqu’un d’autre conduit la voiture. Ce processus est spécialement important avec un chaton, car si les premiers voyages chez le vétérinaire sont plaisants, ils le resteront pour toute sa vie. Plusieurs propriétaires tenteront de rassurer leur chat lorsqu’il miaule à s’en fendre l’âme dans sa cage. Ce faisant, sans s’en rendre compte, ils encouragent le miaulement. N’oubliez pas que votre chat ne comprend pas les mots que vous dites. Cependant, il comprend très bien le ton de votre voix. Un «ben oui, minou, ce n’est pas grave, ça va bien aller » a sensiblement la même sonorité qu’un « ben oui minou, c’est bien, continue, t’es beau ».

De plus, en vous occupant de lui lorsqu’il miaule, vous lui faites très rapidement comprendre que son miaulement attire votre attention. Faites tout le contraire. Donnez-lui de l’attention lorsqu’il ne miaule pas et ignorez-le lorsqu’il miaule. Il comprendra très vite le message : pour avoir votre attention, il ne faut pas miauler. C’est difficile à faire, car ses miaulements désespérés vous touchent au plus profond de vous. Mais dites-vous que vous faites ça pour son bien! Ses miaulements intensifient son anxiété, et ne vaut-il pas mieux qu’il soit plus calme?

>


L’arrivée chez le vétérinaire


D’abord, n’entrez jamais chez un vétérinaire avec votre chat dans les bras, et ce, même si vous l’avez déjà fait par le passé et que tout a bien été. Au minimum, il devrait avoir un harnais. Si vous n’avez pas de transporteur, utilisez une boîte de carton trouée. Vous ne savez jamais quel animal se trouvera dans la salle d’attente et comment votre chat ou cet autre animal réagira.

Si votre chat n’avait pas de drap sur la cage dans la voiture, il serait indiqué de le mettre pour entrer chez le vétérinaire. Le regard des gens ou des autres animaux qui tentent de le regarder ne ferait qu’augmenter son anxiété. Certains vétérinaires ont un coin isolé pour les chats, mais si ce n’est pas le cas, installez-vous en retrait. Présentez-lui des gâteries ou jouer avec lui par les ouvertures de la cage en laissant le drap en place.


Lors de l’examen


Si un chat voit son maître anxieux, il se demandera ce qu’il y a de si dangereux, et sa propre anxiété augmentera. Si vous savez que vous aurez de la difficulté à gérer vos émotions lors des examens, allez-y avec une personne de confiance et expliquez au technicien que vous répondrez à ses questions, mais que, lors des tests ou des procédures, vous aimeriez mieux laisser cette personne vous remplacer pendant que vous attendrez dans la salle d’attente.

De plus en plus de techniciens et vétérinaires savent comment gérer l’anxiété des chats, et cela passe invariablement par le temps. Plus le chat est anxieux, plus ils devraient prendre leur temps. Ils ne devraient pas forcer le chat à sortir du transporteur en l’extirpant de force de la cage, mais plutôt l’encourager à sortir ou simplement démonter la cage (d’où l’importance d’avoir une cage avec un couvercle amovible). Le but est d’éviter d’augmenter inutilement l’anxiété du chat.

Cependant, lors d’un examen ou d’une intervention, ils pourraient avoir à utiliser des techniques pour immobiliser votre chat. Ne soyez pas alarmé s’ils enveloppent votre chat d’une couverture. C’est la technique du «burrito »et, contrairement à ce que certains pourraient croire, bien appliquée, elle vise à apaiser le chat qui, se voyant incapable de bouger et de se défendre, passe en mode inertie et attend que ça se termine. Cette technique entraîne souvent une baisse radicale de l’anxiété chez la majorité des chats.


Le retour à maison


Si vous avez plusieurs chats, mieux vaut isoler celui qui arrive de chez le vétérinaire le temps qu’il se lave et enlève son odeur de stress ou de médicaments; autrement, les autres chats risquent de ne pas le reconnaître et d’adopter un comportement agressif. C’est particulièrement important si votre chat a été hospitalisé. Lorsque vous le ferez sortir de sa pièce d’isolement, pourquoi ne pas organiser un festin pour tous les chats de la maison de chaque côté de la porte, de façon à faire entre eux une association positive la première fois qu’ils se revoient?

Il est difficile de rendre une visite chez le vétérinaire plaisante à 100%, car il reste toujours les piqûres, les manipulations et surtout… le fameux thermomètre. Mais en appliquant les conseils de cet article, votre chat sera en mesure de mieux gérer sn stress et reprendra son comportement habituel plus rapidement au retour à la maison.

Source : Magazine animal









© Chatterie Jovisca

Logo