Nous savons aujourd’hui que seuls les félins possèdent ce « don » particulier, ceux du genre panthera comme les lions, les panthères, les tigres, le jaguars et évidemment notre chat. Toutefois, seul le chat domestique continue à ronronner une fois adulte. Le premier ronron du chaton survient vers l’âge de trois semaines, lorsque la mère lui donne la tétée et le toilette. Il indique un sentiment de bien-être, de contentement et certains avancent qu’il serait un des premiers moyens de communication entre le chaton et la mère.


Un moyen de communication


Chez le chat adulte, le ronronnement reste toujours un moyen de communication entre chats pour indiquer leur statut social ou leur degré de soumission; avec les humains pour exprimer un besoin d’affection ou de soins, ainsi que pour traduire des émotions comme le stress, la confiance, l’abandon ou la satisfaction.

Le ronronnement du chat est déclenché volontairement. Il peut se produire en même temps que le chat miaule ou feule et varie en intensité selon l’émotion exprimée. S’il est en général audible jusqu’à 50 cm, il se peut que chez certains chats, surtout à l’expiration, on puisse percevoir un petit bruit de moteur jusqu'à 3 mètres.



Au fil des décennies, plusieurs hypothèses ont été envisagées afin d’expliquer l’origine physique du ronronnement. Ce serait la conséquence de contractions très rapides du larynx (20 à 30 fois la seconde) qui provoqueraient des modifications de la glotte. Au début, il y a rétrécissement de la glotte, ce qui crée une augmentation de la résistance et de la pression transglottique. Puis, il y a une ouverture rapide des cordes vocales qui entraîne, cette fois-ci, une diminution de la pression. C’est cette variation de pression qui crée la résonance engendrant le ronronnement. Finalement, la glotte demeure ouverte pour permettre l’inspiration ou l’expiration d’air dans la trachée. Pendant l’inspiration, on observerait aussi des décharges électromyographiques diaphragmatiques, asynchrones avec celle du larynx.



Ces deux stimulations, qui surviennent en alternance, serviraient à limiter les contrecoups négatifs de l’augmentation trachéale et favoriseraient l’inspiration d’air pendant le rétrécissement de la glotte.

Le chat ronronne donc grâce à son larynx et la stimulation du diaphragme l’aide à mieux respirer pendant cette période. Il faut aussi ajouter que l’os hyoïde du chat, qui est situé au niveau du larynx, possède quelques caractéristiques morphologiques légèrement différentes, ce qui explique sa capacité à ronronner. Bref, le chat ronronne en raison d’une particularité physique de son larynx, de la continuation d’un comportement juvénile et d’une volonté de communiquer.

Source : Votre chat (John et Caroline Bower)











© Chatterie Jovisca