Contrairement à certaines idées reçues, les chats s’attachent durablement aux personnes et aux animaux de leur entourage. À vous d’établir des liens de confiance. Les relations qui s’instaureront entre vous et votre chat dépendent certes de son propre caractère, mais aussi de votre comportement vis-à-vis de lui et de la façon dont s’est déroulé le processus de socialisation. Tous les chats n’apprécient pas le contact physique, ce qui peut être décevant. Certains, comme les Siamois, ont tendance à être plus affectueux; d’autres, comme les Abyssins, sont plus indépendants. Il y a bien sûr des exceptions.


S’il est vrai qu’un chat s’attache avant tout à la personne qui le nourrit, son affection est d’une nature bien plus complexe. Se contenter de remplir son écuelle est tout à fait insuffisant pour tisser des liens. Il est tout aussi important de jouer avec lui, de lui parler, de le toiletter… Gardez-vous cependant de l’étouffer par trop d’attentions. Laissez-lui sa part de liberté, surtout s’il s’agit d’un chat abandonné qui a été négligé ou maltraité, ou d’un sujet timide ou nerveux. En revanche, essayez de vous montrer disponible afin que le chat vienne vers vous quand il se sentira en confiance.




Le chat collant




Le comportement :
Bien que l’hyper-attachement se rencontre moins fréquemment que chez les chiens, certains chats ont besoin d’une présence continuelle. Ils vous suivent partout, se frottant sans cesse à vos jambes, réclamant votre attention, grimpant sur vos genoux et mordillant vos vêtements. Laissés à eux-mêmes, ces chats risquent de montrer des signes de stress pouvant aller jusqu’à l’automutilation, à moins qu’ils ne retournent leur nervosité contre l’extérieur : grignotage de tissus ou jets d’urine :
Voir Désordres et problèmes urinaires


Les causes :
Ce trouble signale chez l’animal une trop grande dépendance affective vis-à-vis de son maître et une horreur de la solitude. Ce comportement peut survenir à la suite d’une période de soins attentifs (en cas de maladie, par exemple) ou encore être provoqué par un changement de tempérament au moment de la vieillesse.


Ce qu’il faut faire :
Découragez le chat en évitant de le récompenser trop souvent. Proposez-lui des jeux plutôt que des séances de caresses. Procurez-lui des distractions en votre absence. Ne le punissez pas pour ses défaillances : cela ne contribuerait qu’à augmenter son stress.




Le chat distant



Le comportement :
Contrairement au chat « collant », le chat distant peut vivre parfaitement heureux. Le chat distant ne vient jamais sur les genoux et se sauve dès qu’on essaie de l’attraper, ce qui est quelque peu frustrant pour ses maîtres.


Les causes :
Ce comportement résulte souvent d’un manque de socialisation dans les premières semaines, ou de mauvaises expériences, voire de manipulations trop nombreuses et douloureuses à la suite d’une blessure ou pendant une maladie.


Ce qu’il faut faire :
Resserrez vos liens en usant de patience. Récompensez tout signe de rapprochement et essayez de rendre le chat plus dépendant. Ne le prenez surtout pas dans vos bras tant qu’il n’est pas confiant et décontracté.




Ce qu’il faut faire si le chat est trop dépendant


  • Limitez vos contacts avec lui en demandant à quelqu’un d’autre de le nourrir et de le toiletter

  • Ignorez certaines sollicitations excessives

  • Jouez avec lui au lieu de le câliner

  • Arrêtez de lui prêter attention dès qu’il se signale


  • Ce qu’il faut faire si votre chat est trop indépendant


  • Donnez-lui des repas légers et fréquents qu’il associera avec votre présence

  • Parlez-lui pendant que vous versez sa nourriture et caressez-le doucement pendant qu’il mange

  • Assoyez-vous par terre à sa place préférée pour l’encourager à venir vers vous

  • Proposez-lui un jeu plutôt que d’attendre qu’il vienne se faire caresser



  • Ce qu’il ne faut pas faire


  • Ne courez pas après lui pour l’attraper.

  • Ne le prenez pas dans vos bras s’il ne le souhaite pas.

  • Source : Votre chat (John et Caroline Bower)











    © Chatterie Jovisca