Les massages sont appréciés par la majorité des animaux de compagnie. En effet, cette forme de toucher systémique leur procure confort et bien-être, en plus de contribuer à leur bonne santé. Alors pourquoi ne pas offrir à votre fidèle compagnon un tel service?



Contrer le stress et l’anxiété

Les massages procurent un effet calmant. C’est pourquoi les animaux hyperactifs, tout comme ceux qui ont des problèmes de comportement liés à des traumatismes, en ressentiront davantage les bienfaits. Toutefois, certains animaux n’aiment pas se faire toucher et réagiront en exprimant de la peur, de l’anxiété ou de la nervosité. Dans un tel cas, il est préférable d’offrir une séance de courte durée, mais plus fréquemment. Ainsi, l’animal se familiarisera avec les touchers et, au fil du temps, il sera plus détendu. En outre, il développera un lien de confiance avec la personne qui lui prodigue des soins. Avec le temps, le massage deviendra une expérience de plaisir et un rituel privilégié pour l’animal et son propriétaire!


Les règles de l’art

D’abord, il faut toujours avoir les deux mains posées sur l’animal. Demeurez attentif à ses réactions (signes de douleur, d’inconfort, de plaisir, etc.) et ajustez la pression du toucher en fonction de sa réponse. Un animal qui répond positivement poussera son corps vers vous (les fesses, le dos, la tête) ou fermera les yeux. Certains vont même bâiller, s’endormir et parfois même ronfler!

Pour produire un effet calmant et relaxant, le toucher doit respecter un rythme lent (environ trois secondes par contact). Toutefois, si vous voulez obtenir un effet stimulant, le rythme doit être plus rapide, soit une seconde par toucher. La pression doit être modérée afin de ne pas causer d’inconfort ou de douleur à l’animal. Une pression légère est équivalente au poids d’un cinq sous.




Les différentes techniques

L’effleurage
L’effleurage est un toucher qui est utilisé au début de la séance, entre les différentes techniques de massage, ainsi qu’à la fin. Il aide à stimuler la circulation sanguine vers le cœur, le foie et les reins. Il contribue aussi à l’élimination des toxines, tout en procurant un effet relaxant.

- D’abord, superposez vos deux mains et déposez-les sur le corps de l’animal. Vos doigts sont donc enlacés et une seule paume est en contact avec l’animal.

- Commencez par effleurer la tête et descendez jusqu’à la queue, dans la même direction que le flot sanguin. Cette technique ressemble beaucoup aux caresses, à la seule différence que la main reste en contact avec le corps de l’animal du début jusqu’à la fin du mouvement. Vous devez avoir l’impression de le « mouler » avec vos mains. Pour un effet relaxant, répétez ce mouvement toutes les deux ou trois secondes.

Le massage des oreilles
Soulevez doucement la base de l’oreille, comme si vous vouliez l’étirer. Maintenez-la dans cette position de trois à cinq secondes. Ensuite, laissez glisser les doigts de vos deux mains (en alternance) sur toute la longueur de l’oreille. Le mouvement doit se faire de la base de l’oreille vers la pointe, en étant doux et continu.



Le massage de la peau
Le roulement est efficace pour garder une peau saine et un pelage brillant. Cette technique stimule la circulation sanguine vers la peau et contribue à éliminer les toxines accumulées. De plus, elle active les sécrétions glandulaires (responsables du lustre du pelage) et favorise le transport des éléments nutritifs dans les tissus.

- À l’aide de vos deux mains, saisir et soulever doucement la peau en plaçant vos pouces d’un côté et vos doigts de l’autre. Faites glisser vos pouces vers l’avant pour faire rouler la peau vers vos doigts, tout en faisant attention de ne pas lâcher prise. Vos doigts avancent simultanément avec les pouces. Le mouvement devrait simuler une vague et s’effectuer dans le même sens que les poils. Il débute à la tête et se termine à la queue de l’animal. Lorsque la peau ne se soulève plus (la peau est moins élastique près des cuisses), cessez le mouvement pour ne pas la pincer et recommencez. Cette technique ne requiert aucune pression.

A éviter

Il ne faut pas appliquer de pression dans les régions situées près des os, près des ligaments ou sur l’abdomen. Il ne faut qu’effleurer ces endroits. De plus, il est important, de ne jamais masser un animal qui souffre d’une maladie immunitaire ou d’un cancer, qui a une blessure présentant de l’enflure, qui a une plaie ouverte ou qui est fiévreux.

Source : Magazine animal











© Chatterie Jovisca