Être un propriétaire responsable, c’est d’abord et avant tout savoir veiller au bien-être et à la santé de son animal. Car, comme l’écrivait Saint-Exupéry dans le petit prince : « Tu deviens responsable de ce que tu as apprivoisé ».

Les conditions de captivité

On dira ce que l’on voudra, mais nos animaux de compagnie sont un peu comme des prisonniers dans notre maison, dans notre cour ou dans leur cage. En tant que propriétaire, on se doit de leur offrir des conditions de captivité qui respectent leurs besoins physiologiques et psychologiques.

Par exemple, les reptiles, les lézards, les serpents ou les tortues ont besoin d’un vivarium suffisamment grand qui reproduit les conditions de leur milieu naturel : aquatique, semi-aquatique, désertique, tropical, etc. Les oiseaux ont droit à une cage qui leur permet de voler et de se « dégourdir les ailes ». Ils doivent pouvoir ouvrir tout grand leurs ailes sans se buter aux barreaux de la cage. En fait, la meilleure cage sera toujours la plus grande cage possible! Le propriétaire d’un animal a le devoir de se renseigner adéquatement sur les conditions de captivité idéales pour une espèce donnée et de respecter ces normes.

L’enrichissement du milieu de vie

Aujourd’hui, la grande majorité des animaux domestiques n’ont aucune tâche à accomplir et ne sont soumis qu’à très peu de stimulations quotidiennes. Chien, chat, furet, lapin, oiseau et autres animaux attendent le retour de leur propriétaire en ayant très peu à faire. La notion d’enrichissement du milieu est de plus en plus populaire et nécessaire pour améliorer la qualité de vie des animaux et favoriser leur bien-être.

Le propriétaire doit non seulement fournir des jouets adaptés à son animal, mais il doit aussi les offrir en rotation pour éviter l’ennui. Chaque jour, il doit consacrer du temps à jouer avec son protégé. Le jeu et les jouets ne sont pas l’unique source d’enrichissement pour les animaux. La plupart aiment disposer d’endroits pour se cacher, les rongeurs et les perroquets ont besoin d’objets variés à gruger, les chats adorent les hauteurs et particulièrement les arbres à chat qui leur permettent d’observer leur monde de haut.



L’exercice au quotidien

L’exercice est essentiel pour nous autant que pour les animaux. Il faut bien se dégourdir, non? C’est bon pour le moral et pour tout le reste! Et puis, ça aide à prévenir l’embonpoint. Tout chien devrait aller marcher en laisse avec son propriétaire deux ou trois fois par jour. Combien de temps? Le plus longtemps possible. Si le cœur vous en dit, pourquoi ne pas prendre des cours d’agilité? Votre chien s’éclatera assurément!

Nos chats ont besoin de bouger aussi ils le feront plus facilement si votre habitation dispose de plusieurs endroits en hauteur (arbre à chat, tablettes vides, bordure de fenêtre aménagée, etc.). Tout animal enfermé dans une cage, (oiseau, lapin, furet, etc.) devrait pouvoir s’épivarder dans la maison au moins quelques heures par jour, sous l’œil vigilant de son propriétaire. D’ailleurs, quand c’est possible, pourquoi ne pas offrir à ces animaux une pièce de la maison, qui sera évidemment exempte de tout danger, plutôt qu’une cage?



Un environnement sécurisé

Tel un bon père ou une bonne mère de famille, le propriétaire d’un animal doit aussi s’assurer que l’environnement dans lequel évolue son compagnon est tout à fait sécuritaire car, qu’on se le dise, les animaux ont le don de se mettre les « pattes » dans les plats. Il n’y a pas que les produits domestiques toxiques que l’on doit garder hors de portée des animaux. D’autres substances (certains aliments, certaines plantes, plusieurs de nos médicaments d’usage courant, etc.) peuvent être nocives pour les animaux. Même les fils électriques représentent une menace et nombreux sont les animaux qui ont été électrocutés en les grugeant. Un propriétaire averti en vaut deux, alors restez informés sur ce sujet en visitant des sites internet comme celui-ci : www.petpoisonhelpline.com

Le respect des besoins sociaux des animaux

Nombre d’animaux sont très sociaux, non seulement avec les humains, mais aussi avec les membres de leur espèce. Et il faut respecter ce besoin de contact. Chat, chien, cochon d’Inde, oiseau, furet et plusieurs autres on réellement besoin de notre présence quotidienne et d’une certaine routine. Le propriétaire se doit d’être présent et, en cas d’absence, il doit faire appel à une personne de confiance. S’il possède un chien, il doit aussi s’assurer que celui-ci a des contacts agréables avec ses congénères. Les parcs à chiens sont des endroits parfaits pour cela. Enfin, plusieurs oiseaux et certains animaux seront clairement plus heureux en compagnie d’un de leurs congénères.

Les plus chez le vétérinaire

Un propriétaire consciencieux consulte un vétérinaire et suit ses recommandations. Dès l’adoption, l’examen physique de votre nouvel animal permet de vous assurer qu’il est en bonne santé et qu’il n’a pas de maladies ni d’anomalies congénitales détectables à ce moment-là. Il faut ensuite le faire vacciner contre les maladies infectieuses les plus courants et le traiter contre les parasites intestinaux qui peuvent être dangereux pour sa santé ou la vôtre. La prévention des parasites intestinaux, sanguins et externes doit se poursuivre toute l’année car la contamination est constante chez les animaux à cause de leur mode de vie. Autre soin obligatoire : la prévention des vers du cœur, des puces et des tiques chaque année, de mai à novembre. La stérilisation est recommandée. Elle a pour but de réduire le risque de certains cancers et d’infections. Enfin, l’examen physique annuel de votre compagnon permet de déceler des problèmes de santé afin d’intervenir rapidement et efficacement (voir tableaux ci-dessous).



Le respect des besoins sociaux des animaux
Quand?
Quoi?
Jusqu’à 48 heures après l’adoption de votre chaton ou chiot
Examen lié à la garantie d’achat
Dès l’âge de deux mois, puis à trois mois et quatre mois
Examen périodique, programme de vaccination,
et traitements des parasites et des vers intestinaux
Vers l’âge de six mois
Stérilisation


Les rendez-vous de votre animal adulte
Quand?
Quoi?
Une fois par année
Examen physique
À chaque printemps (entre mars et juin)
Tests et traitements contre les vers du cœur,
les puces et les autres parasites
Annuellement ou tous les trois ans
(selon le type de vaccin)
Rappel des vaccins
Tous les deux à quatre ans.
Détartrage de routine et polissage des dents
(selon l’état des dents de votre animal)
Dès l’âge de six ou sept ans
Tests sanguins complets
(pour dresser un bilan de santé interne)


L’observation des symptômes subtils de maladie

Un propriétaire responsable est aussi un bon observateur. Il doit être à l’affût de tout changement de comportement chez son animal, même subtil, car celui-ci peut parfois indiquer un problème de santé. Il faut alors consulter.

Les soins de base


  • S’assurer que l’animal a accès à de l’eau fraîche dans un bol propre en tout temps.

  • Lui fournir une nourriture de qualité qui correspond aux besoins particuliers de l’animal (croissance, énergie, âge, etc.)
    et qui, idéalement, exerce une action contre le tartre dentaire.

  • Brosser son pelage chaque jour pour évider la douleur, l’inconfort et les problèmes de peau associés à son feutrage

  • Nettoyer ses dents quotidiennement pour empêcher une trop grande accumulation de tartre et les problèmes de santé buccale qui s’ensuivent.

  • Nettoyer ses oreilles dès qu’il y a des sécrétions accumulées dans le pavillon.

  • Tailler ses griffes toutes les six à huit semaines pour prévenir les luxations ou les fractures des griffes et les griffes incarnées.

  • Le faire toiletter (bain et tonte) : ne pas attendre que le pelage de l’animal soit plein de nœuds. Certaines races requièrent une visite chez le toiletteur tous les deux mois.

  • Garder la litière du chat le plus propre possible : la vider chaque jour et nettoyer le bac de litière environ une fois par semaine.








  • © Chatterie Jovisca