Tous ceux qui aiment les chats ont sans doute déjà entendu parler de l’une ou l’autre de ces maladies. Quelles en sont les similitudes et les différences?

Tout comme le virus du l’immunodéficience humaine (VIH), plus communément appelé « sida », le virus de la leucémie féline (FeLV) et celui de l’immunodéficience féline (FIV) sont des rétrovirus. Ces virus induisent une immunodéficience grave chez le chat, souvent après de nombreuses années de latence. S’en suivront, malheureusement, de multiples infections opportunistes, une capacité à guérir amoindrie et, éventuellement, la mort. Le FeLV cause généralement une infection plus sévère que le FIV et est aussi un rétrovirus oncogénique, c’est-à-dire qu’il peut transformer les cellules infectées en cellules cancéreuses.




Quelques chiffres

Grosso modo, environ 3% de la population féline est à risque concernant ces deux infections rétrovirales. Toutefois, une vaste étude réalisée en 2008 sur un groupe de 11, 144 chats, provenant de 10 provinces canadiennes et testés dans plusieurs cliniques vétérinaires et refuges, a permis de connaître un peu mieux la fréquence de ces deux maladies au Canada. Ainsi, 3.44% des chats testés étaient séropositifs pour l’antigène du FeLV, et 4,31% l’étaient pour l’anticorps du FIV. Plus rarement, 0,5% des chats testés étaient infectés par les deux virus. De façon particulière, il est à noter que la prévalence des cas de FeLV et de FIV au Québec est relativement élevée par rapport à celle des autres provinces canadiennes.

Les facteurs de risque significatifs pour qu’un chat soit séropositif à l’une ou l’autre de ces infections seraient l’âge (adulte), la présence d’une maladie quelconque lors du dépistage, l’accès à l’extérieur et la fertilité. Le chat FeLV + ou FIV + type est donc un adulte non castré qui va dehors. Si, en plus, il est malade, il a le profil parfait… Par exemple, une étude de 2008 a démontré que 19% des chats ayant été auscultés par un vétérinaire pour un abcès cutané, et auxquels on a fait passer des tests à ce moment-là pour connaître leur statut rétroviral, étaient séropositifs.


Comment se transmettent ces deux virus?

Heureusement, ce n’est pas comme la grippe! Ces rétrovirus ne sont pas transmis de façon aérienne. La leucémie féline se transmet principalement par la salive, mais aussi par les sécrétions nasales, le lait maternel, l’urine et les selles. On dit que le FeLV se transmet généralement entre chats « amis » vivant ensemble et partageant leurs bols et leurs litières, jouant ensemble et se toilettant mutuellement. Une mère infectée peut aussi donner le FeLV à ses chatons. En anglais, on l’appelle parfois « a friendly cat desease ». Quand au FIV, il est plutôt transmis entre chats « bagarreurs », généralement par morsures durant les bagarres, ou encore lors de la reproduction. Voilà pourquoi on l’appelle parfois le bad cat disease.



L’évolution de la maladie

Quand un de ces rétrovirus est contracté par un chat, il pourra y avoir une période de virémie pendant laquelle le virus se retrouve dans le sang. Parfois, pendant une courte période, l’animal peut montrer des symptômes grippaux de courte durée telle que de la fièvre, de l’apathie ou de l’anorexie. Par la suite, l’infection devient « silencieuse » ou latente, même si le virus se propage dans les organes ou dans les cellules du système immunitaire. Durant cette phase asymptomatique, le chat semble très bien aller, même s’il est séropositif et, donc, contagieux. Cette période peut durer plusieurs mois, voir des années, avant que le chat ne présente clairement des signes cliniques associés à la maladie (phase progressive). Il se peut aussi que le petit félin reste asymptomatique toute sa vie.


Des périodes variées

Durant la phase progressive de la maladie, ces rétrovirus produisent des symptômes très variables et parfois subtils. Le chat contaminé peut présenter des symptômes non spécifiques tels qu’un manque d’appétit, de l’abattement, des malaises généraux et de la fièvre. On pourra aussi contraster une série de symptômes liés à l’immunodéficience chronique, aux infections opportunistes et aux états inflammatoires chroniques : une perte de poids, des ganglions enflés, et de la diarrhée ou des selles molles, des problèmes respiratoires et oculaires (rhinite, sinusite, conjonctivite et uvéite), ou encore diverses infections (gingivite, infection dentaire, abcès, etc.). De plus, dans le cas du FeLV, à long terme, le cancer et les désordres sanguins (anémie, etc.) seront aussi à l’origine de toutes sortes de symptômes.




Les raisons de faire tester vos chats

Le dépistage du FeLV et du FIV est une procédure simple que peut faire tout vétérinaire en clinique et qui n’exige qu’un peu de sang de l’animal à tester. Voici les recommandations de l’association américaine des vétérinaires patriciens félins

Tout chat devrait être testé lorsqu’il :

  • est malade, peu importe son âge, et ce, même s’il est vacciné ou s’il a déjà été testé dans le passé;
  • est sur le point d’être adopté et intégré dans une nouvelle demeure ou un refuge;
  • a possiblement été exposé (es : morsure, abcès, etc.) à ces deux virus, et ce, même s’il a été testé auparavant;
  • a un statut rétroviral inconnu;
  • est sur le point d’être vacciné une première fois contre de FeLV ou le FIV;
  • est « donneur de sang ».


    Qu’advient-il des chats séropositifs?

    Le statut séropositif d’un chat n’est pas une raison valable en soi pour l’euthanasier. Les chats séropositifs peuvent vivre de nombreuses années et même mourir de causes non reliées à leur statut rétroviral. Toutefois, le pronostic concernant la survie d’un chat FeLV + est moins bon que celui d’un FIV+. Selon plusieurs études, la survie des chats séropositifs est de 2.4 ans pour le FeLV et de 4.9 ans pour le FIV. Un chat séropositif peut avoir une vie de qualité s’il reçoit les soins nécessaires lorsqu’il est malade, en plus de la prévention médicale dont il peut faire l’objet. Le maintien de la bonne santé d’un chat séropositif est important. Pour ce faire, il faut garder l’animal à l’intérieur et l’isoler des autres petits félins. Il faut aussi le faire stériliser si ce n’est déjà fait, puis le faire examiner, vacciner et vermifuger régulièrement.

    Un chat séropositif ne devrait pas aller dehors, non seulement parce qu’il est plus à risque de contracter diverses maladies infectieuses et parasitaires, mais aussi parce qu’il peut transmettre la maladie à ses congénères.


    Opter pour la prévention

    Des vaccins contre les deux rétrovirus existent, mais sont optionnels. Il faut bien évaluer les facteurs de risque de votre animal avec un vétérinaire avant de le faire vacciner. Aucun des vaccins n’étant efficace à 100%, il se pourrait, le cas échéant, qu’on doive tester le chat à plusieurs reprises au cours de sa vie. Les chats d’intérieur vivant seuls ou dans une communauté, et qui ont un statut FeLV négatif avéré, ont un faible risque de contracter la maladie.

    Le vaccin contre la leucémie féline est donc généralement recommandé dans les cas suivants :

  • Tous les chatons, parce que leur style de vie risque de changer
    après leur adoption, et qu’ils seront peut-être à risque à ce moment-là,
    mais surtout parce qu’ils sont beaucoup plus vulnérables à cette infection avant l’âge de six mois
  • Les chats qui vont dehors sans surveillance;
  • Les chats qui vivent en groupe;
  • Tout chat ayant un contact direct avec des congénères au statut viral inconnu;
  • Tout chat qui vit avec un chat FeLV+.

    La décision de vacciner un chat contre le FIV est difficile à prendre car, une fois vacciné, l’animal devient « positif » aux tests standards actuels utilisés pour le FIV. Aussi, cette décision devrait être prise en fonction du risque encouru par le chat.

    Les félins qui sont le plus à risque sont ceux qui vont dehors, qui sont fertiles et qui ont tendance à se battre ainsi que ceux qui vivent en communauté avec un chat séropositif au FIV.

    Il est recommandé de faire tester tout chat qui sera vacciné contre le FIV immédiatement avant sa première vaccination.


  • Source : Magazine animal








    © Chatterie Jovisca