Lorsque vient le temps d’adopter un chaton, les gens consciencieux s’assurent de choisir un animal en santé et provenant d’une bonne famille ou d’un bon éleveur. Par contre, souvent, en ce qui a trait au comportement du félin, les acheteurs vérifient uniquement si celui-ci se conduit bien, s’il est gentil et s’il semble à l’aise en leur présence. Or, plusieurs autres facteurs peuvent être pris en considération.

La décision d’acheter un chaton ne doit pas être prise à la légère, car votre félin fera partie de votre vie pendant une dizaine d’années. De plus durant les premières semaines de cohabitation, il faudra veiller à ce qu’il apprenne les bonnes manières.

Avez-vous la patience de socialiser, d’élever et d’éduquer convenablement un chat?
Contrairement au chien, le chat est indépendant et n’est pas enclin à obéir sur demande. Quel genre de chat désirez-vous? Un chat de race ou un chat domestique? Les chats de race sont beaucoup plus chers, car ils sont le fruit d’une longue et rigoureuse sélection génétique de la part des éleveurs, et leur pedigree permet à leurs propriétaires de participer à des concours de beauté. Par contre, sur le plan de l’intelligence, du comportement et de la douceur, les chats domestiques valent largement leurs cousins de race. Tous les goûts sont dans la nature : on peut préférer un pelage noir, noir et blanc, gris, blanc, tigré, brun, roux ou écaille de tortue.

Dans cet article, nous nous attarderons principalement aux aspects comportementaux dont il faut tenir compte au moment de choisir un chaton. Bien que certains trucs enseignés dans cette chronique puissent s’appliquer à des félins issus d’un refuge, il est important de savoir que l’environnement dans lequel les animaux ont grandi peut influencer leur évaluation. Vous avez choisi d’adopter un chaton chez un éleveur ou chez un particulier? Eh bien, vous devez d’abord obtenir une réponse à la question suivant :


A quel âge l’éleveur ou le particulier laisse-t-il partir ses chatons?
Il est important que vous le sachiez parce qu’un éleveur consciencieux ne sépare pas les chatons de leur mère avant qu’ils aient 12 semaines. Il faut donc éviter d’adopter un animal chez un éleveur qui vous le remettra avant sa 10e semaine; ayez de sérieux doute s’il ne respecte pas la règle des 12 semaines.


Douze semaines? Vraiment?
Malheureusement, au Québec, la majorité des gens croit qu’un chaton de huit semaines est sevré, donc, qu’il peut dès lors être séparé de sa mère. Or, ce n’est pas toujours le cas. Le chaton doit rester avec celle-ci durant les 14 premières semaines de sa vie afin qu’il adopte un bon comportement. En effet, c’est entre la 5e et 14e semaine que les petits apprennent à bien communiquer avec les autres chats, à jouer, à chasser et, surtout, à maîtriser leurs émotions. Ainsi, la mère enseigne à ses rejetons à ne pas mordre trop fort au cours des séances de jeux, à tempérer leurs moments d’euphorie et à bien composer avec le stress et l’anxiété.

Si le chaton que vous avez sélectionné a été séparé de sa mère avant sa 14e semaine, il pourrait avoir de la difficulté à maitriser ses émotions, être peureux, antisocial ou agressif, avoir tendance à mordre ou encore uriner un peu partout au moindre changement dans la maison, signe qu’il n’aurait pas appris à composer avec l’anxiété. Il faut aussi savoir qu’une mère ne peut pas transmettre des apprentissages qu’elle n’a jamais eus. De là l’importance d’en savoir plus sur elle.





Avant d’aller voir les chatons, rédigez une liste
de tous les comportements que vous aimeriez que votre compagnon montre,
et inscrivez-les par ordre d’importance.

  • Voulez-vous un chat actif et qui n’a peur de rien, pour que les enfants s’amusent avec lui?

  • Préférez-vous un chat calme et peu turbulent?

  • Êtes-vous à la recherche d’un petit félin colleux ou d’un chaton plus indépendant,
    qui s’adapterait mieux à votre style de vie, car vous êtes souvent sur la route?

  • Votre chat doit-il être très sociable et à l’aise avec les étrangers
    ou cela vous importe-t-il peu, car vous vivez seul et avez peu de visiteurs?

  • Une fois votre liste complétée, demandez à une personne objective de vous accompagner chez l’éleveur afin de vous assurer que le chaton que vous préférez respecte vos critères de sélection. En effet, trop souvent, les gens se laissent attendrir par la beauté de l’animal ou par la couleur de son pelage et font fi des caractéristiques requises, allant parfois même jusqu’à choisir celui qui est tout à fait à l’opposé de ce qu’ils voulaient au départ. Dans ce cas, il est fort possible que vous ne soyez pas heureux avec votre nouveau compagnon et, par conséquent, que celui-ci ne le soit pas non plus.


    L’environnement
    D’abord, observez l’environnement dans lequel vivent les chats ainsi que leur comportement. Normalement, ils seront curieux et viendront vous voir à tour de rôle. Privilégiez un élevage en milieu familial où les petits félins côtoient des enfants, un homme, une femme et même d’autres animaux. En effet, c’est en bas âge qu’ils se désensibilisent à une situation, à un événement ou à une personne. Ceux qui sont élevés par une femme célibataire, sans enfants et qui reçoit peu de visiteurs peuvent avoir de la difficulté à s’adapter aux enfants et même à un homme s’ils n’en ont jamais vu étant jeunes. L’environnement dans lequel ils grandissent doit comporter beaucoup de hauteurs, d’arbres à chat et de congénères en liberté. Notez que les mâles reproducteurs doivent souvent demeurer en cage, et que les chatons en très bas âge ainsi que leur mère doivent être isolés des autres chats, qui devraient être libres dans la maison, pour des raisons de santé.


    Observez les chatons au moment de choisir
    Si possible, ne choisissez pas un chaton qui n’a pas encore cinq semaines, car il est très difficile de déterminer le comportement qu’il aura en grandissant. De plus, ne vous attardez pas aux petits en premier, mais plutôt à la mère. Sachez que 90% de ses comportements seront reproduits par ses rejetons. Donc, si elle se cache, si elle est agressive ou peureuse, il y a de forts risques que ses chatons adoptent la même conduite plus tard. Par contre, si elle vient vous voir sans hésiter, se colle sur vous et joue avec vous, ses chatons le feront probablement eux aussi.

    Selon une ancienne rumeur, c’est le chat qui vous choisit, et non le contraire, lorsqu’il s’avance instinctivement vers vous. Pour en savoir plus sur le caractère du chaton, prenez-le doucement par le collet. Si le chaton reste sage et ferme les yeux, il sera doux, affectueux, cajoleur et sociable. Si, au contraire, il se débat, il sera plus sujet à être turbulent ou dépressif. Ensuite, retournez-le sur le dos dans vos bras, en lui caressant le ventre. Le chaton qui reste calme et soumis aura un bon tempérament. Celui qui se débat risque d’être réticent à une certaine éducation et pourra développer soit une agressivité latente, soit un caractère trop craintif et anxieux.


    Un mâle ou une femelle


    Contrairement à une croyance très répandue, les mâles sont aussi mignons et attachants que les femelles. Si vous ne prévoyez pas faire de la reproduction, un mâle non castré peut devenir fugueur, bagarreur et peut uriner dans la maison pour délimiter son territoire. Une chatte non stérilisée aura des chaleurs durant lesquelles elle miaulera sans arrêt, et elle cherchera à être engrossée par n’importe quel mâle de votre quartier. Pour éviter ce genre de problèmes, la stérilisation est fortement conseillée.



    Par la suite, posez les questions suivantes à l’éleveur :

  • Quel chaton est sorti du nid en premier?

  • Quel chaton a tenté de monter sur la chaise ou de grimper dans l’arbre à chat le premier?

  • Quel chaton semble le plus courageux et le plus aventurier? Lequel se met souvent dans de drôles de situations?


  • Ce petit est souvent celui qu’on appelle le premier de classe. Il y a aussi les milieux de classe de la portée, soit ceux qui suivent le premier de classe de près et qui imitent ses comportements. Finalement, il y a le petit dernier, celui qui est toujours en retrait et plus craintif. Attention! Le dernier de classe n’est pas un mauvais chaton, bien au contraire! Chaque type présente ses avantages et ses inconvénients : il suffit de déterminer lequel convient le mieux à votre style de vie!



    On lui fait passer le test!

    Le test suivant n’a rien de scientifique : il n’est qu’un outil pouvant vous aider à faire votre choix. Sachez également que ce test ne doit pas être réalisé avec des chatons de moins de cinq semaines, car ils sont encore trop jeunes et craintifs. D’abord, assoyez-vous sur le sol parmi les chatons et laissez tomber votre trousseau de clés par terre, derrière celui qui vous intéresse, alors qu’il ne regarde pas. Trois types de réaction sont possibles, chacune étant représentative d’un tempérament spécifique.


    Réaction 1:
    Le chaton sursaute et s’enfuit à l’autre bout de la pièce en courant, sans même regarder les clés.
    Il s’agit souvent du dernier de classe. Ce chaton peut être très heureux avec une personne âgée ou vivant seule, dont les habitudes de vie ne changent pas beaucoup (c’est-à-dire une personne routinière). Il sera généralement plus calme que les autres et devrait être colleux, car il cherche une sécurité dans la routine des humains qu’il connaît. Un tel chaton n’est ni conseillé à une famille ayant des enfants turbulents et des chiens à la maison, ni a une personne qui reçoit beaucoup de visiteurs ou qui n’est pas souvent chez elle, qui n’a pas de routine ou dont l’horaire de travail change fréquemment.


    Réaction 2:
    Le chat sursaute, s’éloigne, puis reviens assez rapidement pour sentir les clés.
    C’est un milieu de classe. Le temps qu’il prend avant de revenir sentir les clés indique s’il se situe plus près du premier ou du dernier de classe. Bien qu’il soit prudent, il est aussi curieux de ce qui se passe dans son environnement. Il peut donc s’adapter à plusieurs situations. C’est le chat idéal pour les familles actives dont les enfants sont responsables ou pour les professionnels recherchant un chat à la fois calme et enjoué, qui vient saluer les visiteurs.


    Réaction 3:
    Le chat sursaute à peine, se retourne presque instantanément vers les clés pour les sentir, puis s’en désintéresse totalement ou joue avec elle.
    C’est le premier de classe. Il a beaucoup plus de chances d’être heureux dans une famille active, avec des enfants ou d’autres animaux, avec qui il pourra jouer et dépenser son énergie. En principe, il ira au-devant des étrangers et réagira bien face à des changements dans son environnement. Par contre, ce chat est généralement plus indépendant, moins discipliné et difficile à contenir. C’est un explorateur qui grimpera partout et qui fera tout tomber sur son passage. Ce chaton n’est pas conseillé à une personne âgée ou à quelqu’un qui souhaite adopter un compagnon calme et posé.

    Mais c’est lui qui est venu me voir en premier! Plusieurs personnes croient que le bon chat est celui qui les a choisies. Or, c’est souvent le premier de classe qui viendra vous voir le premier, car c’est le plus curieux et le plus aventureux de toute la portée. Sachant maintenant ce que cela implique, vous serez plus en mesure de savoir si c’est un chat pour vous.

    Il est important de savoir que le comportement d’un chat peut changer radicalement entre la 5e et la 14e semaine. L’environnement dans lequel il grandit et les expériences qu’il vivra forgeront son caractère. De plus, une fois qu’il sera arrivé chez vous, sachez que le travail n’est pas terminé! Le chaton sera dans sa période de socialisation secondaire, durant laquelle vous devrez l’exposer à plusieurs situations, événements et personnes, tout en rendant son apprentissage agréable et positif. Par exemple, utilisez les gâteries et le jeu pour créer un lien favorable avec le visiteur qui sonne à la porte et qui entre dans la maison. Évitez également que les enfants lui tirent la queue ou qu’ils le pourchassent en faisant du bruit, car il pourrait faire une association négative avec eux.

    Ne tombez pas amoureux de la couleur du pelage du chaton ou encore de son look en général. En optant pour un chat dont le comportement correspond à vos besoins, vous faites un choix responsable qui rapportera à long terme, et ce, autant à vous qu’à celui qui ronronnera dans vos oreilles pour de nombreuses années.


    À la maison


    Bien sûr, il faut procurer à votre chaton un équipement de base. Il lui faudra un bac rempli de litière. Vous devrez le présenter à votre protégé dès son arrivée à la maison pour qu’il sache où faire ses besoins. Comme un chat est naturellement propre, vous n’aurez pas à lui enseigner les règles d’hygiène. Il vous faudra aussi une écuelle pour la nourriture et une autre pour l’eau. Vous pourrez aussi vous procurer un transporteur, un nécessaire de toilette et divers jouets. Assurez-vous d’acheter une nourriture de bonne qualité. Généralement, au début, on donne au chaton de la nourriture en conserve, puis on introduit graduellement de la nourriture sèche, qui est bien plus pratique.

    Les bonnes manières


    Il faut environ trois semaines pour qu’un chaton s’habitue à son nouvel environnement. Les gaffes félines les plus répandues concernent les fils électriques de toutes sortes : fils d’ordinateur, de télévision, de téléphone. C’est pourquoi il est très important de les couvrir ou de surveiller attentivement votre chaton. Avec de la patience, l’éducation de votre minet vous évitera bien des ennuis. Il vous faudra lui dire « non !» chaque fois qu’il commettra une bêtise en l’aspergeant d’eau froide à l’aide d’un vaporisateur. Quand vous serez au travail, enfermez votre chaton dans une pièce où il n’a pas accès aux fils et laissez-lui toutes sortes de jouets pour qu’il dépense son énergie. Enfin, récompensez-le avec une friandise chaque fois qu’il sera gentil et mignon, car cela l’incitera à être sage.


    Source : Magazine animal









    © Chatterie Jovisca