Il est étonnant de voir un chat traverser une rue en plein mois de février ou de constater qu’un chien s’amuse dans la neige en dépit du froid. Comment peuvent-ils, avec tout juste un peu de poils sur le corps, faire face à un environnement aussi hostile? Lorsqu’il fait froid même les chats que les propriétaires autorisent normalement à sortir refusent d’aller dehors. Tout comme les humains, ils préfèrent leur nid douillet et la chaleur. Par ailleurs, un chat laissé dehors l’hiver risque gros. Par un temps froid, un chat laissé à son sort se couche en rond, recourbe ses pattes sous lui et enfouit son nez dans le pelage de son ventre. Il protège ainsi ses extrémités, soit les parties les plus vulnérables de son corps. En effet, un chat qui passe beaucoup trop de temps dehors par grand froid se retrouve souvent avec le bout des oreilles couvert d’engelures. Ces dernières entrainent une baisse de la vascularisation sanguine locale, et l’endroit touché finit par se nécroser et tomber.

Évidemment, la résistance au froid varie selon chaque race. Outre la race, l’âge du chat peut influencer la résistance de l’animal, les plus jeunes et les plus vieux étant beaucoup plus fragiles. La maladie, le manque d’entraînement, la qualité et la santé du poil ou une trop grande maigreur auront un effet majeur sur son aisance à tenir tête au froid. Finalement, l’inactivité (ex : un chat assis sur le balcon) jouera un rôle important dans la capacité à s’adapter au climat.






Gare aux engelures!
Il pourra même arriver, durant les périodes où le coefficient de refroidissement est extrême, que votre chat souffre d’une engelure plus ou moins grave. Surveillez la présence notamment des signes suivants : tissus froids, enflammés, rouges, blancs ou gris, desquamation et chute possible de peaux mortes. Il peut évidemment se manifester de la douleur ou de l’inconfort. Méfiez-vous, les symptômes peuvent n’apparaître qu’au bout de quelques heures.


Ce qu’il faut faire
Si vous soupçonnez une engelure, faites d’abord entrer l’animal. Par la suite, résistez à la tentation de le frictionner ou de le masser pour activer la circulation, car vous pourriez endommager les tissus. S’il s’agit des oreilles, appliquez des compresses d’eau tiède (39 ou 40C / 102 à 104F). S’il s’agit d’une patte ou de la queue, trempez-la dans de l’eau tiède. Dès que les lésions deviennent rouges, cessez de les réchauffer et séchez-les doucement. Recouvrez-les ensuite d’un léger pansement propre et sec qui ne colle pas. Si l’engelure paraît très grave, que la peau blanchit et que la circulation semble arrêtée, rendez-vous immédiatement chez le vétérinaire.


Sa vie est-elle en danger?
Le vétérinaire appliquera un bandage sec que vous devrez changer fréquemment sans exercer de compression, ce qui pourrait être néfaste. Il prescrira probablement un antibiotique afin de prévenir toute infection. Si les tissus ne nécrosent, une chirurgie sera sans doute nécessaire. Le pronostic variera en fonction de la partie atteinte. Il n’est malheureusement pas rare que des chats perdent leurs oreilles, certains coussinets ou leur queue à la suite de graves engelures. Dans ce cas, la vie de l’animal est rarement en danger. Par contre, si une hypothermie intense y est associée, les risques de complications sont plus importants.




Les pièges de l’hiver



Le ventilateur d’un radiateur
Le chat apprécie la chaleur et il réussira toujours à dénicher un petit coin chaud pour se réchauffer. Malheureusement, le ventilateur d’un radiateur n’est pas l’endroit le plus sécuritaire pour lui… Il est certain que la cage du ventilateur d’une voiture qui vient de rouler constitue un abri inespéré pour un pauvre chat transpercé par le froid. Mais quelle tragédie lorsque, le matin venu, le propriétaire de l’automobile la met en marche, déchiquetant le pauvre félin. C’est pourquoi il est recommandé de frapper sur le capot de sa voiture avant de la faire démarrer; le bruit fera fuir tout animal qui se serait caché près du moteur.


Des fractures, encore des fractures
Les très grands froids et les jours de tempête entraînent indirectement une réduction du taux d’accidents chez les animaux, puisque la plupart ne demandent pas à sortir de leur foyer. Par contre, au lendemain d’une tempête, quand les rues sont glacées, un nombre impressionnant d’animaux sont amenés chez le vétérinaire en raison de fractures. Alors, même si le soleil luit, il est toujours recommandé de garder son chat à l’intérieur.


Les dermatites causées par les abrasifs
On sait que le calcium répandu dans les rues cause des dommages sérieux à la carrosserie des voitures. Il n’est donc pas étonnant que ce même produit entraine de graves irritations de la peau chez les animaux qui y posent leurs pattes.


L’entretien du manteau de fourrure
Le pelage joue un rôle essentiel dans la thermorégulation. Le fait d’ajouter des acides gras dans l’alimentation procure une bonne densité à la fourrure. Chaque jour, donner une demi-cuillère à thé d’huile de mais ou d’olive non chauffée aux chats et aux petits chiens, et une cuillère à soupe aux plus grands.


Des pattes aux petits soins
Les coussinets du chat sont très exposés au froid et sujets aux craquelures. Il faut les durcir en leur tamponnant régulièrement avec un produit recommandé par le vétérinaire. Si le chat a marché sur le trottoir sablé ou salé, lui rincer les pattes à l’eau tiède (éviter l’eau chaude).