Que vous partiez quelques jours ou pour une plus longue période, vous devez prendre certains arrangements afin que votre chat ne manque de rien et ne déprime pas durant votre absence.

Tout d’abord, il faut savoir qu’un chat que vous avez élevé considère votre domicile comme son territoire, sa chasse gardée. Le fait de le placer dans un nouvel environnement étranger peut donc le perturber, car rien n’est plus traumatisant pour un chat que d’être laissé dans un endroit qu’il ne connaît pas, surtout si les maîtres des lieux ont d’autres animaux avec lesquels il ne s’entend pas bien. Si vous planifiez votre départ en tenant compte du bien être de votre félin, vous vous épargnerez bien des soucis; votre chat vous attendra sagement et ne souffrira pas. Le principal n’est-il pas qu’il mange, boive, et ne manque de rien?



Plusieurs choix s’offrent à vous


L’idéal est que votre chat reste chez vous, dans son environnement, et que des amis, des voisins ou des parents veillent à ce qu’il ne manque ni de nourriture, ni d’eau, qu’il ne casse rien et ne se blesse pas. Ceux-ci devront avoir reçu des consignes claires quand aux soins à apporter à l’animal (nourriture, eau et nettoyage ou changement de la litière) et devront le visiter à des intervalles ne dépassant pas trois jours. Évidemment, si votre chat connaît peu ces personnes, il est possible qu’il se cache lorsqu’elles viendront chez vous, ce qui est tout à fait normal. D’un autre côté, si vous lui manquez et qu’il se retrouve tout seul, il reconnaîtra les odeurs habituelles et, surtout, il se sentira en sécurité, car il sera chez lui.

Si vous le faites garder par des proches, assurez-vous que votre chat les connaît assez bien pour ne pas paniquer lorsqu’il se retrouvera chez eux. Si un vétérinaire ou en pension, vérifiez que votre chat n’es pas claustrophobe en effectuant préalablement un test. Un animal déjà accoutumé à être dans une cage portative s’habituera plus rapidement à rester enfermé. Sa réaction à cette situation est d’ailleurs la meilleure façon de savoir s’il a la phobie des espaces restreints et fermés. Si ce n’est pas le cas, il est certain que votre chat se sentira bien dans ce genre de milieu, même s’il se trouve confiné dans une cage à proximité d’autres pensionnaires qui miaulent ou jappent.


Des trucs pour lui éviter le blues


Comme les chats ont un odorat développé, quelle que soit la façon dont vous le ferez garder, laissez-lui un peu de vous pendant votre absence. Ce peut être un chandail que vous avez porté, une écharpe ou des gants. Ainsi, quand il s’ennuiera de vous, il pourra se coller contre le tissu, dormi dessus ou le pétrir en ronronnant. Il sentira votre présence même si vous n’êtes pas avec lui. Si vous le laissez chez vous, vous pouvez également, avant votre départ, disposer plusieurs vieux chandails dans les endroits où il a l’habitude de dormir et de faire la sieste. Vous pouvez faire la même chose si vous l’installez chez des proches. C’est surtout s’il est en cage que votre odeur lui fera du bien, car il ne pourra ni jouer ni courir.





À votre retour


A votre retour, il se peut que votre chat vous boude, vous ignore, se cache ou, au contraire, qu’il miaule bien fort en signe de réprobation parce que vous lui avez manqué. Si cela arrive, sachez que cette réaction n’est que passagère et que votre petit félin reprendra rapidement son rythme de vie habituel avec vous. Pour vous faire pardonner, jouez avec lui, parlez-lui doucement, cajolez-le et caressez-le. Vous devrez le reconquérir, et il adorera cela! Et puis, pour le faire craquer, vous pouvez lui rapporter des surprises : de petites bouchées et de nouveaux jouets qui ne manqueront pas de le séduire. Si jamais il persiste à bouder, ignorez-le. Il arrivera bien un moment où il en aura assez de « faire la gueule » jusqu’à oublier la cause de sa mauvaise humeur, et il redeviendra sociable comme si nous n’étiez jamais parti!

Il est donc toujours préférable d’amener votre chat chez le vétérinaire si vous soupçonnez qu’il a été mordu par un autre chat. Cependant, la gravité d’une morsure dépend, jusqu’à un certain point, de son emplacement. Une morsure sur une patte ou sur la queue provoque souvent une simple inflammation des tissus adjacents à la blessure qui peut néanmoins s’étendre à une assez grande zone. En revanche, une morsure à la tête, sur la croupe ou à la base de la queue risque de provoquer un abcès (accumulation de pus sous la peau qui entraîne une enflure).


Source : Magazine animal









© Chatterie Jovisca