Chasser est à la base de la vie ludique du chat. Prédateur solitaire, le chat pratique d’instinct cette activité qui peut parfois paraître cruelle. Dès l’âge de 3 semaines, les chatons se poursuivent entre eux. À 5 semaines, ils connaissent les techniques de base de la chasse : se tenir à l’affût, bondir, saisir et écraser d’un coup de patte. Cette activité est pour la plupart des chats non seulement naturelle mais nécessaire à leur équilibre.



Un redoutable prédateur


Un physique de chasseur :
On oublie souvent que les chats ont d’abord été domestiqués pour leur aptitude à chasser les rongeurs. Leur morphologie et leur acuité sensorielle contribuent en effet à en faire de redoutables chasseurs : une vue perçante et un champ de vision très large ; une ouie capable de saisir les fréquences émises par les rongeurs, bien plus élevées que celles perçues par l’oreille humaine ; une agilité d’athlète ; enfin, des mâchoires qui leur permettent de tuer leur proie presque instantanément, d’un seul coup de dent sur la nuque, sectionnant ainsi la moelle épinière.

Les types de proie :
Les maîtres n’apprécient pas toujours l’instinct de chasse de leur chat. Ils admettent qu’il tue des rats et des souris, mais préféreraient qu’il ne s’attaque pas aux oiseaux. Heureusement, attraper un oiseau demeure un exercice assez difficile et les chats ne parviennent en général qu’à capturer de jeunes oiseaux inexpérimentés. Vous pouvez attacher au collier du votre chat un grelot qui avertira les oiseaux (mais certains chats arrivent à se déplacer sans faire sonner le grelot !) Les chats sont aussi susceptibles de chasser les insectes, les reptiles ou les lapins.

Manger ou offrir la proie :
Les chats mangent d’abord la tête de leur proie et délaissent les intestins. La proie n’est pas forcément dévorée sur place, mais souvent rapportée (parfois encore vivante) et offerte à d’autres chats ou, à défaut, au maître ! Quel que soit le dégoût que vous éprouvez, cette attitude est tout à fait naturelle de la part de votre compagnon.







3 mythes sur les trophées de chasse de minet

A votre réveil, vous trouvez un jouet bien mâchouillé sur votre oreiller ou encore, vous apercevez votre chat assis sur le balcon devant trois petites proies. Mais pourquoi donc votre chat vous rapporte-t-il ses trophées de chasse? Ne sait-il pas que ça ne fait pas partie de votre régime alimentaire? Daniel Filion, intervenant en comportement félin. 1. Il est fier de sa proie, c’est un trophée de chasse!
Pour dire que cet énoncé est vrai, il faudrait d’abord pouvoir déterminer si le chat éprouve de la fierté. Puisqu’il est impossible de savoir ce qui se passe dans la tête d’un chat, difficile de répondre avec certitude à cette question. Toutefois, il existe une règle de base en comportement félin voulant que « le chat n’adopte un comportement que si celui-ci lui rapporte quelque chose». Est-ce que présenter un trophée de chasse à son maître lui rapporte quelque chose? Non?
Conclusion : mythe éliminé!

2. Il nous apprend à chasser.
Un chaton apprend à chasser grâce à sa mère qui rapporte des proies mortes à la tanière et lui permet de pratiquer ses techniques de chasse sur cette proie inerte. De fois en fois, la mère ramène des proies plus vivantes pour que le chaton aiguise ses techniques. Le mythe dit que le chat reproduirait donc ce comportement avec nous pour nous apprendre à chasser.

Comme nous avons tendance à ramasser la proie devant notre chat, ce dernier pourrait croire que nous « exerçons nos techniques de chasse » et retournerait en chercher une un peu plus vivante, comme sa mère l’a fait pour lui. Quel beau raisonnement, n’est-ce pas? Mais avec l’évolution des connaissances et les découvertes récentes, il ne faut pas avoir peur de dire que nous étions dans l’erreur. Le problème avec cette théorie est que les mâles n’apprennent pas aux chatons à chasser dans la nature. Alors pourquoi adopteraient-ils ce comportement avec nous? Et revenons à la question de base : en quoi cela leur rapporterait-il quelque chose? Trop de questions non répondues pour que ce soit la vraie raison.
Conclusion : mythe éliminé!

3. C’est un cadeau qu’il nous offre.
Nous avons établi plus tôt qu’un chat n’adopte un comportement que si celui-ci rapporte quelque chose. Est-ce qu’offrir un cadeau lui rapporte quelque chose? Nous, les humains, offrons des cadeaux pour faire plaisir. De plus, nous savons qu’il y a de fortes chances que cette attention nous soit retournée un jour.

C’est une chose que le chat ne peut comprendre, car pour lui, la contigüité d’un geste et de sa conséquence doit être immédiate. Par exemple, s’il vous rapporte un jouet et que vous jouez avec lui immédiatement, le chat est renforcé dans son action et le répétera surement à l’avenir. Mais pour pouvoir affirmer qu’un cat offre un cadeau, c’est qu’il doit nécessairement en retirer quelque chose… sur-le-champ! Le seul plaisir d’offrir ne peut pas justifier cette explication.
Conclusion : mythe éliminé!



La vérité : quelque part entre les mythes!

Le chat adore chasser. Qu’il soit très bien nourri ou non n’a que très peu d’impact sur cette activité. C’est donc la première motivation. De plus, dans la nature, le chat va souvent capturer sa proie et la ramener à un endroit qu’il juge sécuritaire pour la dévorer (c’est d’ailleurs ce comportement qu’on remarque chez notre chat qui saisit le bâton-jouet dans sa gueule et s’enfuit pour aller s’amuser dans un coin tranquille.) Très souvent, cet endroit sécuritaire se trouve au centre de son domaine vital, soit… votre maison! S’il ne mange pas sa prise une fois de retour à la maison, c’est simplement qu’il na pas besoin de le faire puisqu’il est bien loin de souffrir de faim.

Pourquoi votre chat nous rapporte-t-il des proies de plus en plus vivantes?

Eh bien, c’et surement que votre réaction agit comme un renforçateur. Ici encore, il faut être prudent quant aux motivations du chat qui adopte un tel comportement, car nul ne peut savoir avec certitude ce qui se passe dans la tête d’un chat.

Toutefois, il serait raisonnable de croire que si vous réagissez en donnant de l’attention à votre chat (que ce soit en le félicitant, en lui disant qu’il est répugnant ou simplement en ramassant la proie), celui-ci pourrait penser que c’est là une excellente façon d’attirer votre attention.

Source : Votre chat (John et Caroline Bower)









© Chatterie Jovisca