Les accidents de la circulation sont la principale cause de blessures graves et de décès chez les chats. Comment réagir si le vôtre en est un jour victime?

Les chats sont des explorateurs-nés et traversent constamment les routes. Il est très difficile pour un conducteur d’éviter l’accident quand un chat se précipite sur la chaussée, surtout s’il fait nuit ou s’il pleut.


Vous soupçonnez un accident

Votre chat a disparu
Un chat renversé par une voiture s’enfuira s’il le peut. Il est possible qu’il disparaisse durant des heures, voire des jours. Si vous craignez que le vôtre ait été blessé dans un accident de la circulation, examinez les alentours. Les chats blessés se cachent. Cherchez donc hors des chemins fréquentés. Posez des affichettes à la clinique vétérinaire la plus proche, chez vos commerçants et dans les refuges pour animaux. Parlez-en à vos voisins. Enfin, vous pouvez demander aux services de la voirie s’ils n’ont pas retrouvé le corps d’un chat.


Est-il blessé?
Si votre chat finit par rentrer, il ne sera pas forcément évident de voir qu’il a été victime d’un accident. Il sera peut-être seulement ébouriffé, mouillé et plein de boue. Examinez-le soigneusement. Présente-t-il des traces de griffures? Ses griffes sont-elles abîmées? Boite-t-il? Peut-il faire bouger sa queue?




Que faire?

Le plus souvent, une claudication subite est due soit à un accident de la circulation Si votre chat a subi un accident, amenez-le d’urgence à la clinique vétérinaire. Au cas où cela ne serait pas possible dans l’immédiat, prodiguez-lui les premiers soins (Voir : Urgences et premiers secours), mais ne tardez pas à le faire examiner. Ayez toujours à portée de main une couverture, un panier de transport et une trousse de secours, surtout si vous vivez près de routes très fréquentées. Cette précaution fait gagner des minutes précieuses en cas d’urgence. Si vous ne trouvez rien pour le porter, placez délicatement le chat sur un objet ferme comme un plateau ou dans un cageot afin d’éviter des manipulations inutiles. Enveloppez-le dans une couverture ou un manteau pour éviter de vous faire mordre ou griffer. Même si le chat ne semble pas présenter de blessure majeure, amenez-le chez le vétérinaire : lui seul est en mesure de déceler une éventuelle lésion interne qui pourrait s’avérer fatale si elle n’était pas traitée rapidement.


Les blessures graves et fréquentes

Les lésions internes
Fréquentes lors d’accidents de la circulation, elles sont particulièrement dangereuses car leurs effets peuvent n’être visibles qu’après plusieurs heures. Il est alors souvent trop tard. Différents organes sont susceptibles d’être endommagés. Des poumons touchés provoquent une difficulté de la respiration. Si la vessie est perforée, l’urine va se répandre dans l’abdomen. Si le diaphragme est déchiré, les organes abdominaux du chat remonteront vers la poitrine, comprimant les poumons.


Les fractures
Une fracture peut nécessiter une intervention chirurgicale afin de poser une broche qui maintiendra le membre touché immobile. Selon la complexité de la fracture, des attelles peuvent suffire. Les fractures de la mâchoire sont fréquentes, mais rarement irréparable. Dans ce cas, le chat aura besoin de soins intensifs et devra être nourri avec un tube jusqu’à ce qu’il puisse à nouveau se débrouiller seul.


La peau arrachée
Ce type de blessures peut s’avérer difficile à traiter. Des opérations chirurgicales répétitives seront peut-être nécessaires.




Prévenir un accident

Tout chat autorisé à sortir court des risques. Cependant, il est possible de limiter le danger


◊ Faire castrer votre chat afin qu’il vagabonde moins.
◊ Mettez-lui un collier fluorescent et faites en sorte qu’il puisse être facilement identifié. Assurez-vous que son tatouage est lisible.
◊ Efforcez-vous de limiter son territoire au jardin et ne le laissez pas sortir la nuit.
◊ Veillez à ce que la chatière ne donne pas sur la route.
◊ Réservez un espace clos à votre chat pour lui permettre de faire de l’exercice sans danger.
◊ Regardez sous votre voiture avant de démarrer. Les chats aiment se coucher sous le moteur pour être au chaud.

Source : Votre chat (John et Caroline Bower)








© Chatterie Jovisca